Entretien avec… des comédiens

Posted on mai 30, 2012

0


Ce 11 et 12 mai Kamel Ouali présentera sa nouvelle comédie musicale « Dracula, l’amour plus fort que la mort » au Zénith de Toulouse. A cette occasion, Diselo est allé à la rencontre de Ginie Line et Julien Loko. L’une joue Satine, une vampire, et l’autre joue Jonathan Harker, un clerc de notaire, deux personnages clés dans l’histoire mise en scène par Kamel Ouali. Ils livrent, ici, un peu d’eux-mêmes et de leurs personnages. Des confessions…presque intimes.

Image

Pouvez-vous nous présenter votre personnage et nous résumer l’histoire de ce spectacle musical ?

Julien Loko : Je joue le personnage de Jonathan Harker, clerc de notaire, qui part en Transylvanie vendre une abbaye à Dracula. Je suis fiancé à Mina, elle ressemble étrangement à l’amour perdu de Dracula. Dracula trouve un portrait de Mina dans ma chambre et reconnaît son amour. Il décide, alors, de partir à Londres séduire cette femme. Et me laisse prisonnier du château. Voila le début, c’est juste pour vous mettre l’eau à la bouche.

Ginie Line : Je suis Satine, je joue le rôle d’un vampire. Vampirisée il y a 400 ans j’ai le même âge que Dracula.  C’est un  peu le bras droit de Dracula, sa conscience plus exactement. Elle évolue avec deux autres vampires, Sorci et Poison, assez indisciplinés. Elle est là pour faire régner l’ordre au sein de ces vampires. C’est un joli trio avec pas mal d’humour dans ce spectacle. Satine est très autoritaire avec une beauté froide. De plus elle a des costumes incroyables réalisés par Dominique Borg. C’est un réel plaisir d’entrer dans ce personnage.

Dracula c’est un récit sombre et sanglant, tel l’adaptation de Francis Ford Coppola et l’inoubliable prestation de Gary Oldman. Le metteur en scène a voulu la pièce romantique. Comment interpréter, même si vous ne jouez pas le rôle d’un vampire, les personnages et pénétrer  l’univers de Dracula ?

Julien Loko : Dracula, avant d’être sanglant, c’est l’histoire d’amour d’un homme envers une femme qu’il retrouve quatre siècles plus tard. Tout le reste est une enveloppe fantastique. Il y a eu plus de 400 adaptations de Dracula. On en fait un personnage ténébreux, notamment dans le film de Coppola. Avec « Entretien avec un vampire » de Neil Jordan, on donne un côté plus romantique du vampire. C’est cette dimension-là que Kamel Ouali trouve intéressante. Nous trouvons notre place dans cette histoire transposant  amour, haine et colère. Ce qu’on peut retrouver dans les chansons telles que celles du spectacle de Roméo et Juliette mais dans ce cas présent en version vampire. Dracula est un support mais ça reste une histoire d’amour. Il y a un trio amoureux avec la passion et la raison. Cela en fait un spectacle tout public, enfants compris, sans craindre  la profusion d’hémoglobine.

Ginie line : C’est une sorte de Romeo et Juliette vampirique en fait.

Que représente pour toi, Julien, le fait de jouer un personnage dans une comédie basée sur Dracula, le mythe littéraire ? 

Julien Loko : Je suis un amoureux de ce que l’on appelle la poésie noire, sombre et baudelairienne. Je trouve cela magnifique. C’est totalement en accord avec ce que je suis. Des personnages torturés ou avec une faille face à leur destin. Tim Burton met énormément ça dans ses œuvres. Que ce soit à l’écrit, en film d’animation ou dans ses films portés à l’écran.  Et même pour mon Jonathan Harker, je me suis inspiré de Johnny Depp dans  » Sleepy Hollow ». Garder ce côté un peu excentrique anglais, justement, lui donner ce côté clinique. Cela contraste avec les vampires traditionnels qui sont farfelus ou habillés de tenues improbables. Dans le spectacle, j’arrive, je suis très droit. J’aime jouer ce côté. Et je m’en amuse beaucoup. Plus on avance dans le spectacle, plus j’en mets. Il remet toujours son manteau, il est toujours très, très… Ce côté personnage restant propre même s’il est entouré de  trois vampires.

Que vous a apporté cette belle aventure humaine et comment allez-vous en tirer parti pour la suite de votre carrière ? 

Ginie Line : C’est une expérience de plus, une très belle aventure humaine. J’ai rencontré des personnes fantastiques. Des comédies musicales comme celle-là, très médiatisées, représentent un excellent tremplin pour ma carrière. J’ai eu la chance de pouvoir signer pour la préparation d’un album grâce à cette expérience, c’est super !

Julien Loko : Pour moi, il y a toutes les personnes qu’on rencontre tant au niveau du public que des professionnels puisque je travaille avec des compositeurs qui ont écrit pour Dracula. J’ai également un album en préparation. La meilleure façon d’en tirer profit c’est de tracer sa route et de continuer à faire des chansons comme on les aime. C’est une aventure enrichissante et instructive.

Nathan Poaouteta

 

Posted in: Coup de projo