Un concert, trois regards : Skip The Use

Posted on juin 9, 2012

0


Le plein d’énergie
Ca commence doucement. Ca monte. Ca explose. A l’affiche à 22 h, le groupe lillois a réussi à faire grimper la température. « C’est la guerre ici », crie Mat, le chanteur, au bout de cinq minutes. Une demi-heure plus tard, le public est conquis. Svelte et charismatique, le chanteur s’est dépensé sans limite. Il fait bouger le public : « Que ceux qui sont à ma gauche passent à droite, et que ceux qui sont ma droite passent à gauche ». C’est la bousculade. Mais cela suffit à connecter le public. Jusqu’à la fin, tous suivent les instructions de Mat Bastard. Assis, debout, chantant, dansant, Garorock a fait le plein d’énergie pour lancer la soirée.
Matthieu

Un cocktail surprenant
« Skip the Use, c’est quoi ce groupe? ». voilà ma première pensée en le voyant arriver sur scène. Aucune idée de ce à quoi m’attendre. Résultat : une bonne, une très bonne surprise. Le chanteur a la pêche et la transmet au public. « Death wall », « tout le monde assis »… Les figures obligées des concerts rock y passent toutes. Classique mais bougrement efficace.
Gael

Un bon moment
Deux ans après les avoir vu, déjà à Garorock, c’est plutôt une bonne surprise. OK, ce n’est pas le groupe du siècle, mais ils assurent finalement le minimum syndical en festival : une grosse énergie, des airs qui restent facilement en tête, et surtout une véritable communion avec le public. Le boulot est fait, propre et très professionnel. L’expérience porte ses fruits.

Cyrille

Skip the use avec Diselo

Posted in: Concert