Dans les coulisses du centre de formation du TFC (Extrait du Diselo N°13)

Posted on mars 5, 2013

0


Diselo a passé une journée dans les locaux du centre de formation du Toulouse Football Club aux côtés de Yann Bodiger, jeune milieu de terrain de la réserve (CFA 2). À tout juste 18 ans, il s’entraine déjà fréquemment avec les professionnels et fait partie des meilleurs joueurs de la catégorie U19. Mais à quoi ressemble la journée d’un jeune joueur en formation dans un club de ligue 1? Immersion dans les coulisses du TFC.

1353533287090

8h30. Yann Bodiger nous attend à l’entrée du centre de formation, situé à côté des terrains d’entraînement du Stadium. Il vient de prendre son petit déjeuner, « le repas le plus important de la journée » selon-lui. De l’énergie, il lui en faudra beaucoup pour la séance d’entraînement du jour. Il fait partie des rares jeunes du centre ayant le privilège de s’entraîner avec les professionnels. Une décision prise par l’entraineur du TFC, Alain Casanova, et Mickaël Debeve, le coach de la réserve. Les critères sont nombreux et la concurrence est rude : forme du moment, état d’esprit, poste à pourvoir… Yann reste lucide : « C’est super, j’apprends beaucoup à leur contact. Mais il ne faut pas s’enflammer. J’ai vraiment tout à prouver. Je me souviens de ma première séance avec eux. C’était intimidant, j’avais vraiment la pression. Maintenant j’arrive plus à me concentrer sur ce que je fais, je me donne à fond ! ». Il regarde sa montre. Nous avons encore 30 minutes pour faire connaissance avant l’entraînement de 9h30.

Yann Bodiger Travail 1

Sport-études

Yann est originaire de Sète. Il est arrivé à Toulouse en 2009, après avoir été repéré lors d’un match par des recruteurs du TFC. Après une convention de un an en 2010, le club a reconduit sa formation au centre en lui faisant signer un contrat de 3 ans. Pendant cette période, il a intégré une classe pour sportifs de haut niveau au Lycée Bellevue, où il a obtenu son bac en trois ans. Aujourd’hui, il étudie à l’IUT de Ponsan (Gestion des Entreprises et Administrations) : « les éducateurs du centre nous aident beaucoup. Ils sont tout le temps derrière nous, et pas seulement pour le foot. Ils veulent faire de nous des hommes, nous responsabiliser ». Pourtant, même si Yann n’a pas encore signé de contrat professionnel, il sait que le projet sportif du TFC reste au centre de son apprentissage : « la priorité, c’est le football. Quand on m’appelle pour un entraînement, je préviens l’école pour leur dire que je ne pourrai pas venir, et on s’arrange pour aménager les horaires de cours ». Yann veut nous montrer sa chambre : c’est là qu’il travaille. Nous montons plusieurs étages, et voyons le nombre important de jeunes vivant au centre : « c’est vrai qu’il y a beaucoup d’internes. Il y a plusieurs équipes selon les catégories d’âge, de 14 à 18 ans». Beaucoup de jeunes se demandent qui nous sommes. Ils nous saluent tous et les couloirs sont très calmes : «les éducateurs nous cadrent. C’est un peu comme une famille. Il y a beaucoup de règles au centre ». Nous arrivons dans sa chambre, qu’il occupe en binôme avec un autre joueur de son âge. Elle aurait tout d’une chambre d’étudiant, sans cet immense penderie pleine de maillots, tenues d’entrainement, vestes, shorts, et chaussettes à l’effigie du TFC. Yann se change à la hâte. Il jette un coup d’œil à la fenêtre. Jonathan Zebina, Franck Tabanou, Serge Aurier et la nouvelle recrue Eden Ben Basat sont déjà là.

Entraînement, collation et musculation

Nous nous apprêtons à descendre sur la pelouse. Au loin, on aperçoit les joueurs du TFC entrer dans un bâtiment isolé au milieu des terrains d’entrainement. Yann a beau s’entrainer avec les pros, aucun joueur extérieur ne peut accéder au vestiaire de l’équipe senior. Il l’appelle « le cube » : « C’est notre but à tous. Pouvoir un jour y accéder». Dix minutes plus tard, Yann retrouve le groupe et commence l’échauffement. Pendant plus d’une heure et demie, il va travailler dans les différents ateliers proposés par les coachs : travail technique de passes courtes, remontées de balle sous pression, conservation, jeux de zones… Les joueurs de l’équipe type sont affutés, mais Yann se défend plutôt bien. À l’issue de la séance, nous le retrouvons et mangeons ensemble à la cantine du TFC. Un vrai menu de sportif: entrée, plat, dessert et beaucoup de féculents. Les jeunes du centre occupent leur propre réfectoire, tandis que les professionnels mangent dans une pièce à part. La frontière entre les jeunes et les joueurs de L1 parait clairement marquée. Pour Yann, cette barrière reste avant tout psychologique : « c’est vrai que ce n’est pas toujours facile de parler aux pros, même quand tu t’entraines avec eux. Le but, c’est de gagner sa place, pas de devenirs amis. Mais tu peux quand même nouer des liens grâce au football. Après c’est comme tout, les relations sont naturelles. Il y a le feeling ou pas ». Après le repas, Yann se repose une trentaine de minutes avant de se diriger vers la salle de musculation : corde à sauter, appuis dynamiques, gainage et petite séance de kiné. L’occasion d’aborder un autre sujet : l’occupation du temps libre.

????????????????????????????????

Les sorties

L’emploi du temps du centre est rigoureusement planifié concernant les sorties. Les jeunes peuvent sortir le mercredi, le vendredi et le dimanche (si le match a lieu le samedi), de 17h00 à 22h30. Au delà du couvre-feu, les joueurs mineurs sont sous la responsabilité du centre : « du coup il y a des choses que nous ne pouvons pas faire, comme aller à des concerts. Lil’ Wayne au Zénith, c’est mort ! ». Bien sûr, pas d’alcool lors des sorties, et une attention constante à l’hygiène de vie : « il ne faut pas non plus manger n’importe quoi. Un repas-plaisir par semaine, c’est suffisant ». Généralement, Yann et ses amis passent la soirée vers Jean Jaurès : « en général, on fait les boutiques et on va très souvent au cinéma. C’est important de se vider la tête de temps en temps, pour respirer et se couper un peu du foot ». L’univers du foot n’est jamais bien loin. Ce soir, Yann reste au centre pour regarder la télé avec ses amis : il y a Manchester – Real Madrid.

Propos recueillis par Paul Sailley