À la rencontre des célébrités disparues

Posted on mars 7, 2013

0


Certains ont plus de recul que les autres. Nous sommes allés à la rencontre de quatre personnalités disparues pour solliciter leur avis sur notre époque.

Image

1/ Bonjour à tous, je vais tout d’abord vous demandez de vous présenter.

  • Kurt Cobain: Salut, bon ben moi c’est Kurt Donald Cobain. Je suis né en 67 à Aberdeen, et Wikipédia dit que je suis mort en 94. Personnellement je ne m’en rappelle plus. Sinon ben je suis musicien, enfin, c’est ce que dit tout le monde. J’ai même fondé un mouvement, le « grunge », du punk en plus « roots » si tu veux. Et dit t’aurais pas un cachet, j’ai un de ces p***** de mal de crâne.

  • Jeanne d’arc: Vous savez j’ai cru que ça recommençait ces histoires d’hallucinations auditives quand vous avez appelé, si Guy Fawkes ne m’avait pas dit que c’était mon smart phone et non pas une voix céleste ! Bien, ceci dit, je suis née à Domremy en 1412 et j’ai fini sur le bucher en1431 à Rouen. Certains disent que j’ai bouté les Anglais hors de France, alors pourquoi avoir construit l’Eurostar. (soupir) Nous aurions dû nous taire moi et ces voix.

  • Jean Jaurès : Mon nom est Auguste Marie Joseph Jean Léon Jaurès. Cependant, on me connait et on me cite, parfois même trop, uniquement comme Jean Jaurès. Je suis né à Castres en 1859. J’ai passé la majeure partie de ma vie à lutter en faveur d’une politique socialiste. J’ai toujours défendu le pacifisme, ce qui a conduit certaines personnes à me haïr et, à l’aube de la guerre de 1914, un jeune étudiant nationaliste a mis fin à mes jours.

  • Salvador Dali : Me présenter ? Pourquoi donc ? Tout le monde me connaît.

 Image

2/ Connaissez-vous Facebook et Twitter?

  • Kurt Cobain: Je n’en ai strictement rien à faire. Encore un moyen pour faire passer les gens pour des demeurés.

  • Jeanne D’arc: Oui un peu, mon erreur a été d’apprendre à me servir d’un ordinateur sur Vista, ça m’a complètement bloqué.

  • Jean Jaurès : Bien sûr ! Internationaliser des millions de personnes grâce à un moyen si simple est une avancée remarquable.

  • Salvador Dali : C’est encore un nouveau moyen de communication visant à augmenter la « crétinisation » de l’Homme.

     

 

3/ Alors, à l’heure des hautes technologies, que pensez-vous des réseaux sociaux du type Facebook ou Twitter?

  • Kurt Cobain: …que les gens ont encore trouvé un moyen de s’ignorer. Vous savez j’entends beaucoup de choses, c’est pas mal comme truc, je ne dis pas le contraire. Mais les Hommes sont d’une débilitée ! Malgré cela, la génération née en 90-92 est aussi mal qu’à mon époque. Et la musique…de la diarrhée auditive. Je ne dis pas que la mienne était bonne mais alors là c’est pitoyable. Vous avez vu ces émissions qui font passer des castings à la TV. Il est loin le temps où fallait lutter rien que pour sortir un CD pirate. Rah! Et ce mal de tête, vous avez rien c’est sûr?

  • Jeanne D’arc: (silence, elle regarde le plafond) vous avez entendu? Non? Bah laissez tomber. Ce que je pense sur les réseaux sociaux. Je n’en sais trop rien, j’ai un peu de retard avec tout ça. Un peu plus de 500 ans pour être plus précise.

  • Jean Jaurès : Ce sont d’’excellents moyens de propagande. Grâce à eux, on peut mobiliser des masses très rapidement et faire avancer les choses.

  • Salvador Dali : Ces réseaux sociaux ne sont pour moi qu’une manière d’augmenter ma popularité. En les manipulant de façon savante, comme je le fais avec tous les médias, j’obtiens la gloire et le succès que je mérite.

 Image

4/ Et concernant la politique maintenant, vous la décririez comment à votre époque?

  • Kurt Cobain: Je ne m’occupe pas de politique, je préfère encore ma migraine. Elle m’inspire beaucoup plus. Tous ce que je tiens à te dire c’est que j’ai voulu changer des trucs à l’époque, comme John Lennon. Pour moi ça passait forcement par les jeunes. Enfin les plus désespérés en tout cas.

  • Jeanne D’arc: Le bon temps. Quoique je n’y comprenais plus grand chose avec ces rois leurs descendants et les luttes de pouvoir. En fait heureusement que j’entendais des voix cela m’a simplifié beaucoup de choix à faire.

  • Jean Jaurès : À mon époque, l’instabilité se trouvait surtout au niveau politique entre divers pays. Aujourd’hui, l’instabilité est surtout économique. C’est un grand changement.

  • Salvador Dali : Ma relation avec la politique est ambiguë. Au long de ma vie, je me suis attaché à des parties politiques très variés, souvent par intérêt, peu par conviction.

     

5/ Et la politique de nos jours?

  • Kurt Cobain: Je ne sais pas. Je pense que l’on se focalise trop sur certains sujets et pas sur d’autres. Pour moi, il y a eu le communisme, Saddam et Courtney. Vous c’est le terrorisme, les fast-foods et Steve Jobs. Mais je ne pense pas que pour vous les politiques représentent un espoir solide, enfin c’est mon point de vue.

  • Jeanne D’arc: En vous observant je me demande si je suis encore la seule à entendre des voix.

  • Jean Jaurès : Je ne peux pas dire que tout soit parfait, mais quand je vois la façon dont certains pays se mobilisent pour en aider d’autres, financièrement par exemple, cela me rend heureux.

  • Salvador Dali : Heureux ? Pourquoi devraient-ils payer pour les autres ? Comme j’ai dit plusieurs fois tout au long de ma vie : quand les trains déraillent, ce qui me fait de la peine, ce sont les morts de première classe.

 Image

6/ Pour finir, que pensez-vous du rapport à la célébrité des personnes de notre temps?

  • Kurt Cobain: Tu sais où elle m’a conduit cette célébrité! A me perdre dans une cabane de jardinier pour y crever, alors bon tu vois… Mais ce qui est dommage c’est que j’étais peut être mégalomane mais pas stupide, je voulais changer des choses. Aujourd’hui tout est devenu irrationnel ! Mais bon tout ça se réglera, vous verrez.

  • Jeanne D’arc : j’ai la même réflexion que Kurt, j’ai fini sur un bûcher. Et puis j’étais célèbre malgré moi. Je me serais appelé Jean ça aurait été diffèrent. Et puis j’ai bouté les anglais hors de France moi ! Je ne me suis pas compromise dans une de ces émissions ou le seul mot d’ordre est d’éliminer ! Où est l’amour du prochain dans tout ça !

  • Jean Jaurès : De mon temps, le gens se mobilisaient pour être reconnus. La société semble n’avoir plus aucun scrupule. Les gens sont prêts à oublier certaines valeurs et certains idéaux pour obtenir le succès. Ils finissent par en perdre leur intégrité.

  • Salvador Dali : J’ai conquis le monde grâce à mon génie, mon intelligence et mon audace. Aujourd’hui les gens veulent laisser leur empreinte dans ce monde en s’enfermant et s’exhibant dans une maison devant des milliers de téléspectateurs. Comme je dis souvent, pour avoir du succès, il faut offrir du bon miel, à la bonne mouche, au bon moment et au bon endroit.   

Posted in: Entretien