Université du Temps Libre (UTL) : étudier n’a pas d’âge

Posted on mars 11, 2013

0


L’université du Temps Libre est un lieu ouvert à tous en plein coeur de Toulouse, dans le quartier historique du Taur. Depuis près de 40 ans, l’Université du Temps Libre accueille les personnes qui disposent de temps libre (étudiant, personnes actives, en cessation d’activité progressive, des retraités, mais également des gens nouvellement établis dans notre région)  qui souhaitent découvrir, partager, échanger autour du savoir universitaire. Les conférences et ateliers sont animés par les enseignants-chercheurs de l’Université Toulouse II –  Le Mirail ou par des spécialistes reconnus. Il arrive souvent qu’il y ait quatre générations dans la même salle de cours …

C’est en rentrant dans une enceinte monumentale en plein centre ville que nous découvrons l’Université du temps libre. Le bâtiment est rattaché à l’école supérieure d’audiovisuel, mais est indépendant de celui-ci. À peine la porte d’entrée passée, la directrice nous accueille à bras ouverts. Chaleureuse, il émane d’elle une certaine bienveillance. La passion est perceptible dans son discours, elle nous explique que l’UTL de Toulouse existe depuis 1973, et qu’elle représente à ce titre la première Université de ce genre en France. Le concept premier est celui du social : « à l’époque, il fallait occuper les populations retraitées de France, et quoi de mieux que de proposer de la culture ? ».

Aujourd’hui, l’UTL est un lieu ouvert à toutes les catégories d’âges, des personnes âgées aux Lycéens, en passant par les actifs et les étudiants. L’accès aux cours est de 13€50 par cours, mais nous apprenons avec surprise qu’il est gratuit pour les étudiants. Les dits cours sont en fait des conférences de deux heures environ, sur des thèmes aussi variés qu’intéressants : histoire, géopolitique, art, philosophie, psychologie, musique, cinéma… Et les sujets sont plutôt alléchants : « Panorama de l’astrophysique contemporaine », ou « Le western crépusculaire »…

Toutes les conférences sont animées années après années par 600 enseignants-chercheurs spécialisés dans leurs domaines respectifs, convaincus de la nécessité d’une bonne vulgarisation du savoir, pour l’épanouissement culturel d’un public large.

Nous l’avons tout de suite remarqué en rencontrant les auditeurs : les gens viennent dans ce lieu pour se cultiver intelligemment, mais aussi pour créer des liens sociaux importants. Comme en témoigne Mr Lehmann, enseignant-chercheur en musicologie à l’Université du Mirail, qui fait partie des conférenciers à l’UTL, notamment pour le cours de musique classique, « l’Harmonie des contradictions ». Il anime dans cette structure depuis maintenant 12 ans des cours passionnants.

« J’ai toujours fait beaucoup de médiation sociale, pour moi, c’est une certitude qu’il faut à tout prix diffuser le savoir, éveiller les sens des gens… ». Les yeux brillants, l’homme en est convaincu. Et vous ?

Image

Portraits d’étudiants pas comme les autres

Marie-Thérèse Tamagnan

« Ici, on se sent rajeunir »

« Ici, on se sent rajeunir. On voit qu’on est encore capable d’apprendre. On rencontre des gens qui ont les mêmes centres d’intérêts que nous, et surtout qui ne passent pas leur temps à se plaindre ». Cette précision, Marie-Thérèse Tamagnan insiste lourdement dessus. C’est une femme de petite taille, mais visiblement forte de caractère. Avec ses grosses lunettes et ses cheveux bruns au carré, cette retraitée dégage une certaine forme d’autorité, et un brin d’excentricité. Elle suit les cours de l’université du temps libre depuis trois ans avec son amie Régine Laplace. «  Auparavant, je suis allée prendre des cours à l’institut catholique, mais j’aime le principe de l’UTL, parce qu’il n’y a aucune obligation. En plus, l’ambiance est très agréable et on apprend beaucoup de choses », affirme-t-elle avant de citer cet exemple : «  J’ai été enseignante pendant 35 ans, et je n’avais plus entendu parler des phéniciens depuis la 6e , mais là, je les ai redécouverts ».Elle souligne néanmoins un bémol : le prix des conférences, et des sorties organisées par l’UTL. « En fait, le coût des cours pour moi, c’est un voyage d’étude en moins », conclut-telle.

Bernard Petton

« J’use 4 stylos par mois »

Un paquet de feuilles doubles et une trousse noire bien remplie : Bernard Petton a toute la panoplie de l’élève studieux. D’ailleurs c’est de cette façon que les autres élèves le présentent. Pour sa part, il se voit surtout comme « un vieux fossile de l’université du temps libre. » Il assiste aux cours dispensés par l’UTL depuis 12 ans et affirme même : «  j’y passe l’essentiel de mon temps. En moyenne trois conférences par jour et ce dans tous les domaines ! Ce qui m’ennuie le plus, c’est que je ne peux pas assister à tous les cycles, parce que certains sont programmés aux mêmes horaires! » plaisante ce sexagénaire. Il se dit « Enthousiasmé » par les cours, mais le terme paraît même un peu faible. Lorsqu’il évoque sa « deuxième maison », sa ferveur et le sourire qui relie ses deux oreilles tranchent avec l’apparence classique de ce sexagénaire. En fait, je reprends mes études là où je les ai laissées en 1968, précise-t-il. Pour cet ancien cadre dirigeant dans une entreprise de travaux publics, reprendre le chemin de l’école est une véritable opportunité. « J’apprends énormément de choses, je prends beaucoup de notes et je me sens moins idiot », déclare-t-il avant de rajouter. Quand j’ai dit à mes petits enfants que je retournais volontairement prendre des cours, ils ont été les premiers surpris ! »

Par Adrien Raimbault et Camille André

Posted in: Reportage